Célébrations de la parole

Célébrations de la parole


Vendredi saint – La croix qui tue, la croix qui sauve

 

Cycles : intermédiaire et secondaire

Thème : Semaine sainte

Durée : 45 minutes

Domaine de pastorale : Liturgie

Rédaction : Louis-Philippe Bélanger, école secondaire Cité-des-Jeunes, Kapuskasing

Visée pastorale : Découvrir le sens de la mort et de la résurrection du Christ, en mettant en évidence la croix qui tue et la croix qui sauve. Prendre conscience qu'on peut être, dans le quotidien de la vie, des croix qui tuent ou des croix qui sauvent.

Préparation

  • construire la croix et son support
  • confectionner le corpus (corde ou dessin sur carton)
  • préparer l'étendard portant le titre de la célébration et le mettre en évidence au lieu de la célébration
  • préparer l'inscription INRI
  • découper des petits papiers (2" sur 4") selon le nombre des participants
  • mettre les chants sur transparents
  • choisir les élèves et répartir les rôles
  • prévoir une répétition avec les élèves qui ont des rôles
  • inviter le prêtre, s'il y a lieu
  • prévoir tout ce qu'il faut pour les chants et la musique
  • mettre le support de la croix en place
  • écrire chaque demande de pardon sur un papier

Déroulement de la célébration

Vendredi saint – La croix qui tue, la croix qui sauve

Accueil

Animateur ou Animatrice

Pendant que les élèves entrent et installent la croix, nous chanterons au Seigneur tout l'amour que cette croix nous apporte.

Chant d'entrée

Choisir un chant approprié.

** Quatre porteurs entrent lentement avec la croix et vont la déposer par terre, au lieu de la célébration.

** Cinq élèves s'avancent en portant le corpus, le marteau, les clous et l'inscription « INRI ».

** Trois autres étudiants élèvent la croix et l'insère dans son support, face à l'assemblée.

Animateur ou Animatrice

Seigneur, c'est toi qui nous rassembles ici autour de la croix. Aide-nous à ouvrir notre cœur et notre esprit pour accueillir Jésus avec tout l'amour qu'il porte à chacun de nous. Ainsi, nous repartirons avec un regard neuf sur la vie et avec un cœur transformé, vraiment capables de nous donner à la manière de Jésus. Amen.

Partie 1 – La croix qui tue

Animateur ou Animatrice

En première partie, nous allons réfléchir sur la croix qui tue.

Membre de la direction

Voici la croix qui tue, la potence où l'on pendait les coupables, les tueurs, les voleurs et les malfaiteurs de toutes espèces. On y a pendu Jésus; on a choisi le pire supplice du temps, le plus humiliant et on a traité Jésus comme le plus coupable des criminels. Et l'on s'est trouvé des excuses pour se justifier de ce crime; écoutons-en quelques-unes :

Élève 1 : Cet homme s'est dit le fils de Dieu.

Élève 2 : Il s'est déclaré le roi des Juifs et nous, nous n'avons pas d'autre roi que César.

Élève 3 : Il a dit qu'il détruirait le Temple et le rebâtirait en trois jours.

Membre de la direction

Puis, on a profité de l'occasion pour l'insulter, se venger de lui, le renier, le ridiculiser. Écoutons-les, ces gens qui se considéraient comme les bons et les justes du temps :

Élève 1 : Salut, roi des Juifs; dis-nous qui t'a frappé.

Élève 2 : Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs?

Élève 3 : Non! Crucifie-le! Crucifie-le!

Élève 1 : Je vous jure que je ne connais pas cet homme.

Élève 2 : S'il est le fils de Dieu, qu'il descende de la croix et nous croirons.

Élève 3 : S'il est le fils de Dieu, qu'il se sauve lui-même et nous avec.

Membre du personnel

Cependant, Marie, sa mère, l'apôtre Jean et quelques saintes femmes, amies de Jésus, l'ont suivi silencieusement et courageusement jusqu'au bout. Il y a eu aussi le bon larron et le soldat romain qui ont reconnu en cet homme, le Sauveur, le Fils de Dieu. Écoutons-les, eux aussi :

** Deux élèves s'avancent devant la croix et s'expriment avec gravité.

Élève 1 : Jésus, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton royaume.

Élève 2 : Vraiment cet homme était le Fils de Dieu.

Membre du personnel

Bien sûr, à nous aussi, il arrive d'être de ceux et celles qui jugent et condamnent Jésus, qui le maltraitent, le ridiculisent et le crucifient : « Tout ce que vous ferez au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous le ferez », nous a bien dit Jésus.
Quand je n'aime pas ma soeur, mon frère, que je ne l'accepte pas comme il est, quand je refuse de pardonner, quand je manque de respect, que je juge et condamne mon voisin, quand je suis violent ou violente, que je refuse de partager avec le pauvre, quand je suis injuste, que je rejette les gens d'autres races, quand je vole les biens de l'autre ou nuis à sa réputation, quand je sacre et que je blasphème, quand je me trouve toutes sortes d'excuses pour refuser l'aide, l'écoute et l'amitié des autres, c'est Jésus que je juge, que je condamne, que je rejette, que je crucifie sur la croix qui tue.

Partie 2 – La croix qui sauve

Élève 3

Mais nous le savons, à cause de la résurrection de Jésus, la croix est devenue l'instrument qui sauve. C'est la croix glorieuse; c'est le signe, la marque des chrétiens; c'est la croix qui les unit, les rassemble et les identifie; c'est la croix qui est leur force et leur étendard; c'est le symbole de leur propre victoire sur le mal, sur la souffrance et la mort. Regardons-la, cette croix qui sauve et demandons à Jésus de nous pardonner pour les fois où nous avons été ses bourreaux.

** Moment de silence

Animateur ou Animatrice

En notre nom, des personnes viendront maintenant exprimer des demandes de pardon; unissons-nous sincèrement à elles en répondant : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

** Les personnes désignées viennent formuler leur demande de pardon, puis vont piquer leur papier sur le bois de la croix.

Personne 1

Pardon Jésus, pour toutes les fois où j'ai refusé de porter ta croix avec toi par ma révolte devant mes souffrances, devant mes échecs, devant ma faiblesse.

Tous : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

Personne 2

Pardon Jésus, pour toutes les fois où j'ai été lâche, où je t'ai renié comme Pierre parce que j'avais peur de ta croix.

Tous : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

Personne 3

Pardon Seigneur, d'avoir trop facilement porté ta croix à mon cou, une belle croix en or, en argent ou en bois, mais en oubliant de la porter avec mon cœur, par amour pour toi et pour les autres.

Tous : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

Personne 4

Pardon Seigneur, d'avoir eu honte de ta croix, de l'avoir refusée dans ma vie, par crainte de passer pour trop bonne ou bon, par crainte d'être jugé.

Tous : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

Personne 1

Pardon Jésus, de ne pas avoir porté avec toi la croix quand je n'ai pas soulagé les peines et les souffrances des pauvres, des malades, des personnes seules, des handicapés et des petits que tu as placés sur mon chemin.

Tous : Ami, je tends la main, ami n'attends pas à demain.

Animateur ou Animatrice

Seigneur Jésus, par ta mort et ta résurrection, pardonne-nous nos refus et nos indifférences devant tant d'amour et de tendresse de ta part. Nous savons que tu as écouté nos prières, car ta miséricorde n'a jamais de limites quand notre cœur se tourne vers toi. Amen.

Geste communautaire

Animateur ou Animatrice

Les personnes qui le veulent peuvent venir écrire sur un papier des intentions de prière : le nom d'une personne pour laquelle elles veulent prier, une demande de pardon, un merci à Jésus, etc. Puis, en se servant d'une épingle, chacun va piquer son intention sur le bois de la croix. Cette année, notre croix sera transportée à la paroisse où les gens seront invités, pendant les célébrations de la Semaine sainte, à prier à toutes nos intentions.

Envoi

Animateur ou Animatrice

Allons maintenant vivre en ressuscités à la suite de Jésus. Portons fièrement la croix de Jésus au cou, sur nos épaules, mais surtout dans notre cœur et dans nos gestes. Ouvrons les yeux pour reconnaître les croix de Jésus autour de nous et offrons notre aide, notre soutien.

Chant de sortie

Choisir un chant approprié.

LA PRIÈRE DE LA SEMAINE

À l'occasion de la fête de Pâques

Le Christ est ressuscité des morts,
par la mort il a vaincu la mort,
à ceux qui sont dans les tombeaux
Il a donné la vie !
Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection car le Christ,
hier accablé de moqueries, couronné d'épines,
pendu au bois, aujourd'hui se relève du tombeau.
Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté
ceux que les ténèbres de l'enfer retiennent captifs.
Réjouissons-nous en ce printemps de la vie,
car une espérance jaillit parmi les victimes
des guerres, des tremblements de terre,
parmi les affligés du corps et de l'âme.
Réjouissons-nous, car par la croix toute tristesse est abolie,
et la joie inonde le monde.
Réjouissons-nous, car le Seigneur
est descendu au plus profond de la terre,
est descendu au plus profond du coeur des hommes, où se tapit l'angoisse ;
Il les a visités, Il les a illuminés,
et tourments, angoisse, enfer sont anéantis,
engloutis dans labîme damour ouvert au flanc percé du Seigneur.
Réjouissons-nous, car il est ressuscité le Christ, la joie éternelle.

(Prière tirée du site Église catholique en Martinique, https://martinique.catholique.fr/fete-de-la-resurrection-3037)