Célébrations de la parole

Célébrations de la parole


Vendredi saint – La vénération de la croix

 

Cycle : moyen

Thème : Semaine sainte

Durée : 40 minutes

Domaine de pastorale : Liturgie

Rédaction : Thérèse Séguin-Touchette, Ottawa

Visée pastorale : Amener les jeunes à comprendre, en tant que chrétiens et chrétiennes, toute la signification de la croix. Un signe qui prend toute sa signification le Vendredi saint.

Préparation

  • installer la table avec sa nappe
  • mettre sur la table : la plante, la Bible et la croix au centre
  • se procurer des bâtonnets de bois pour que chaque élève fabrique une petite croix

Déroulement de la célébration

La vénération de la croix – Semaine sainte

Accueil

Placer les élèves, en demi-cercle, devant la table avec la croix.

Animateur ou Animatrice

Nous sommes à une semaine de la grande fête de Pâques. Nous nommons cette semaine la Semaine sainte. Le Vendredi saint les chrétiennes et les chrétiens se souviennent que Jésus est mort pour nous sur la croix. Jésus n'est pas resté dans la mort. Il est ressuscité le troisième jour après sa mort. Il est vivant. C'est la grande fête de Pâques pour nous tous qui croyons en Jésus. Pâques, c'est Jésus vivant parmi nous.

Aujourd'hui, nous allons nous rappeler la mort de Jésus et célébrer la croix qui nous a sauvés signe de la victoire de la mort sur la vie.

Liturgie de la Parole

Animateur ou Animatrice

Raconter simplement la mort de Jésus.

Jésus s'était rendu à Jérusalem avec ses disciples. Là, ils ont pris ensemble un bon repas. Après le repas avec ses disciples, Jésus s'est rendu dans un jardin tout près de là. C'était presque la nuit, mais Jésus n'y allait pas pour dormir. Il voulait prier Dieu son Père, car il savait que des personnes cherchaient à le faire mourir. Dans son cœur, il y avait de la tristesse.

Jésus avait annoncé une Bonne Nouvelle, mais il y avait des personnes qui ne voulaient pas le croire. Il y en avait aussi qui refusaient son amour. Jésus avait peur de mourir, mais en même temps, il faisait beaucoup confiance à Dieu son Père; il était sûr de son amour, il savait que son Père ne l'abandonnerait pas. Il acceptait d'aimer jusqu'au bout.

Pendant qu'il priait, une troupe de soldats armés de bâtons est arrivée et s'est emparée de Jésus.

On l'a amené devant les chefs et on a réussi à le faire condamner à mort. Les soldats l'ont attaché sur une croix et quelques heures plus tard, Jésus est mort en pardonnant à ceux qui l'avaient crucifié et en redisant sa confiance à Dieu son Père.

Écoutons le texte de l'Évangile de Luc 23, 13-25, 35-37

Pilate convoqua les grands prêtres, les chefs et le peuple et il leur dit : « Vous m'avez amené cet homme-ci comme détournant le peuple du droit chemin; or, moi qui ai procédé devant vous à l'interrogatoire, je n'ai rien trouvé en cet homme qui mérite la condamnation et la mort. Hérode non plus, puisqu'il nous l'a renvoyé. Ainsi il n'y a rien qui mérite la mort dans ce qu'il a fait. Je vais donc lui infliger une punition et le relâcher. »

Ils s'écrièrent tous ensemble : « Supprime-le et relâche-nous Barabbas. » Ce dernier avait été jeté en prison pour une émeute survenue dans la ville et pour meurtre. De nouveau Pilate s'adressa à la foule dans l'intention de relâcher Jésus. Mais eux crièrent : « Crucifie-le, crucifie-le. » Alors Pilate décida que leur demande serait satisfaite. Il relâcha celui qui avait été jeté en prison pour émeute et pour meurtre, celui qu'ils demandaient; quant à Jésus, il le livra aux soldats qu'ils l'amenèrent pour être crucifié.

Le peuple restait là à regarder; les chefs, eux ricanaient; ils disaient : « Il en a sauvé d'autres. Qu'il se sauve lui-même s'il est le Messie, l'envoyé de Dieu. Les soldats aussi se moquèrent de lui. Ils dirent : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même. »

Les soldats l'ont attaché sur une croix et quelques heures plus tard, Jésus est mort en pardonnant à ceux qui l'avaient crucifié et en redisant sa confiance à Dieu son Père.

Inviter les jeunes à fermer leurs yeux pendant quelques instants et à voir Jésus dans leur cœur.

Réflexion sur la Parole

  • Mais nous le savons, Jésus n'est pas demeuré dans la mort.
  • Sa mort a éclaté en vie nouvelle.  C'est la croix qui nous sauve.
  • Jésus a donné sa vie pour nous sauver.
  • Il nous a ouvert les portes du ciel pour qu'on aille le rejoindre un jour dans son amour pour la vie éternelle.
  • C'est une croix qui nous ouvre à l'amour de Jésus et de son Père.
  • C'est le signe, la marque des chrétiennes et des chrétiens; c'est la croix qui les unit et les rassemble.

Geste – vénération de la croix

Animateur ou Animatrice

Inviter les jeunes à s'approcher, à tour de rôle, de la croix et à la toucher en disant :
« Jésus nous aime, il a donné sa vie pour nous. »

Terminer avec un signe de croix.
Se rappeler que la croix est le grand signe des chrétiens et des chrétiennes. C'est pour cela que l'on place une croix au mur, qu'on porte une croix autour du cou, etc.

Envoi

Activité pour terminer la célébration

Mettre une musique douce et demander aux élèves de faire l'activité en silence.

Proposer aux jeunes de faire une petite croix avec des bâtonnets de bois et la décorer avec de petites fleurs.

Ensuite, inviter les jeunes à apporter cette croix chez eux et à la placer dans leur chambre.

LA PRIÈRE DE LA SEMAINE

À l'occasion de la fête de Pâques

Le Christ est ressuscité des morts,
par la mort il a vaincu la mort,
à ceux qui sont dans les tombeaux
Il a donné la vie !
Réjouissons-nous en ce jour de la Résurrection car le Christ,
hier accablé de moqueries, couronné d'épines,
pendu au bois, aujourd'hui se relève du tombeau.
Réjouissons-nous car le Christ baigne de sa clarté
ceux que les ténèbres de l'enfer retiennent captifs.
Réjouissons-nous en ce printemps de la vie,
car une espérance jaillit parmi les victimes
des guerres, des tremblements de terre,
parmi les affligés du corps et de l'âme.
Réjouissons-nous, car par la croix toute tristesse est abolie,
et la joie inonde le monde.
Réjouissons-nous, car le Seigneur
est descendu au plus profond de la terre,
est descendu au plus profond du coeur des hommes, où se tapit l'angoisse ;
Il les a visités, Il les a illuminés,
et tourments, angoisse, enfer sont anéantis,
engloutis dans labîme damour ouvert au flanc percé du Seigneur.
Réjouissons-nous, car il est ressuscité le Christ, la joie éternelle.

(Prière tirée du site Église catholique en Martinique, https://martinique.catholique.fr/fete-de-la-resurrection-3037)